Librairie



LE BARON MALEFIQUE



LE BARON MALEFIQUE Agrandir l'image

LE BARON MALEFIQUE


"Autrefois, vivait à Montsuc un baron si cruel que les gens du pays l’avaient surnommé le baron maléfique. Or, dans le même temps, sévissait une bête monstrueuse dont certains disaient qu’elle était à mi-chemin entre le loup et l’ours. Aussi, beaucoup pensaient que la région était maudite.."

POLICE DE CARACTERES "OPENDYSLEXIC"

Ecoutez le podcast sur Vivre FM en cliquant sur ce lien : " Le Baron Maléfique "

Titre :

LE BARON MALEFIQUE

Type de livre :

Histoires/contes/BD

Langue :

Français

Illustrateur :

Kikoum

Année parution :

2015

Age :

4 - 6 ans, 0 - 3 ans

Nombre de pages :

28

N°ISBN :

979-10-93585-32-1

Type de handicap :

Difficultes de lecture et Dyslexie

Laissez un commentaire

LE BARON MALEFIQUE

LE BARON MALEFIQUE

Album - Dyslexie et gros caractères (24)

Que dire sinon que depuis toute petite, j'ai eu envie d'écrire et de raconter des histoires et que déjà, enfant, je cherchais un pseudonyme pour signer mes romans imaginaires... Ainsi, vers l'âge de 3 ans ½, je prenais les blocs de feuilles de ma mère ( qui était secrétaire ) pour écrire des choses capitales à savoir une succession de signes mystérieux ce qui avait pour effet de susciter l'admiration de ma famille ( avec cependant un bémol pour ma mère qui voyait son stock de feuilles considérablement diminuer... ). Du reste, quelquefois, elle tentait de me faire écrire sur de vieux morceaux de papier usagés mais je n'étais pas dupe... Non, non, non, pour écrire mes captivantes histoires, il me fallait des feuilles de premier choix ! Puis, j'ai enfin appris à lire et à écrire « pour de vrai » et là, ce fut le bonheur total ! Je passais des heures et des heures à dévorer des œuvres passionnantes telles que Fantômette et Le club des cinq ( mes premiers polars au suspense insoutenable ), tous les contes que je pouvais trouver et aussi beaucoup de BD. Par ailleurs, toute petite, j'étais également très sensible aux arts plastiques. Ma mère aimait beaucoup la peinture et très jeune, je visitais énormément de musées, d'expositions... De fait, vers l'âge de 8 ans, je décidais de me lancer dans l'art pictural en réalisant ma première BD. C'est ainsi que durant un an environ, chaque soir, je travaillais sur le projet qui allait faire de moi ( j'en étais certaine à l'époque ) un grand auteur de BD. Ensuite, à 12 ans, j'entrai dans ma période rebelle.. Inspirée par les textes de Gainsbourg, je décidai d'écrire mon premier (et unique) poème érotique provoquant ainsi les foudres de ma mère et de l'une de mes tantes qui avaient du mal à accepter cette nouvelle facette de mon art scriptural... Mon poème avait donc échoué dans la poubelle soigneusement déchiré par ma mère afin d'effacer toute preuve de son existence... On ne sait jamais ! Qu'auraient pensé les voisins si d'aventure ils l'avaient trouvé ? Accablée, j'affrontai la situation en me consolant avec une tablette de chocolat au lait. Les faits étaient là : je venais de rejoindre la longue lignée des poètes maudits...  La suite ? Le Bac en poche, je me suis lancée dans de longues et très sérieuses études en fac de lettres et quelques années plus tard j'ai débuté  dans « le secteur du livre » en publiant des articles consacrés à la littérature de jeunesse. Après quoi, j'ai suivi une formation afin de pouvoir proposer mes services en tant que correctrice. Puis, je me suis enfin décidée à écrire sur mon ordinateur les histoires que j'avais en tête et à envoyer des projets d'albums à des maisons d'édition en précisant bien que je souhaitais être publiée sous le pseudonyme de Rose Marie-Noële Gressier ( le prénom de Rose étant beaucoup plus en adéquation avec mon goût pour le dix-neuvième et le début du vingtième siècle que le très banal Marie-Noële ) et... j'ai reçu mes premiers contrats d'auteure ! Ainsi encouragée, je travaille actuellement sur plusieurs projets jeunesse ainsi que sur un recueil de nouvelles et un projet BD à destination du grand public.

La dyslexie est un trouble d’apprentissage de la lecture. Un enfant sur dix serait concerné.

Elsa, la fille de Laurence Dufour, la Présidente du Miroir aux Troubles, est dyslexique. Jusqu’à l’année dernière, elle lisait peu ; elle n’aimait pas. Laurence a donc décidé de créer un livre numérique adapté (police de caractère spécifique, espacements doublés), illustré de mangas, pour lui insuffler l’envie…


C’est ainsi que sont nées les Editions du Miroir aux Troubles. De fil en aiguille, des ouvrages imprimés sont venus compléter le catalogue de cette société dédiée à la dyslexie. Des albums pour les 3-6 ans, 6-8 ans, des romans pour les 9-12 ans, un livret pédagogique. Et bientôt des romans pour les ados et jeunes adultes. Le Miroir aux Troubles n’a de cesse d’aider les « dys » à lire… et à rêver.

Livre(s) associé(s)